Le Vieux Montmartre et son nouvel Ambassadeur


En cette belle journée du samedi 9 août 2008, qui était dédiée à Saint-Amour, ma sœur Patricia et moi déjeunions tardivement à la terrasse de « Chez Plumeau ». Les rires allaient bon train et nous finissions notre superbe repas, lorsque le Maire de la Commune Libre et Mondiale du Vieux Montmartre arriva à l’Auberge pour y faire une halte et saluer les très nombreux touristes qui avaient pris pension, quelques instants, en cet endroit délicieusement ombragé.
La place du Calvaire est un endroit très province, calme et qui pourrait nous rappeler quelques ruelles corses d’Ajaccio.
Arrivé à hauteur de notre table Jack-André Yatt (le Maire que les intimes appellent André) ne manqua pas de venir nous saluer et voulu m’honorer, pour l’article que j’avais écrit sur lui dans le journal de Frédéric Vignale l’année passée.
Dans un premier temps notre cher André me proposa d’écrire un acrostiche personnalisé à partir du prénom de Patricia, ce qu’il fit avec beaucoup de savoir faire, de talent et d’élégance. Inspiré par la personnalité de ma sœur, sa plume d’autruche glissa allègrement sur le papier canson qui allait servir de support à son génie créateur.
André s’inspira également du signe astral de Patricia, ainsi que de son ascendant, pour peaufiner ses lignes, avant de lui donner le titre de « Citoyenne ».
Jack-André Yatt se tourna alors vers moi, afin de procéder à ma nomination en qualité « d’Ambassadeur de la Commune Libre et Mondiale du Vieux Montmartre », avant de me remettre les insignes liés à ma nouvelle fonction qui consiste à représenter et à faire valoir « Le Vieux Montmartre » partout où il me plaira de le faire. Je bénéficie donc d’une immunité diplomatique hautement honorifique, à présent !
Mon nouveau poste va m’entraîner à défendre, à représenter et à promouvoir l’identité artistique et culturelle du « Vieux Montmartre », dans le respect de la tradition et du folklore Montmartrois.
Il me faudra vanter partout l’histoire des plants de Thomey et de Morgon qui composèrent les vignes, parler des peintres et de leurs ateliers d’antan, des commerçants et artisans de cette noble commune, des tournages de cinéma qui se produisent là-haut et qui servirent de support à certains « films Vignaliens », des poètes, des musiciens et de la splendeur de Paris que l’on peut découvrir au pied de la Basilique du Sacré-Cœur, de l’esprit de Poulbot et des « Titis Parisiens », de l’époque de la Commune, des moulins servant à moudre le grain et à presser le raisin, des cabarets et de l’âme qui donne tant de cachet à ce petit village.
Il me faudra aussi perpétuer l’humour et les bons mots d’André, ce qui n’est pas une mince affaire !
Mon Ambassade aura son siège « Chez Plumeau », là où mes amis les patrons de l’endroit, Mickaël et Patricia Fontaine, seront chargés de me représenter culinairement parlant en vous faisant découvrir, à des prix abordables, la saveur des mets qui composent parfois ma table.
L’intronisation s’est déroulée en présence de citoyens des différents continents de notre bonne vieille Terre, entre les Places du Tertre et du Calvaire.
André proposa de porter un toast, pour féliciter les deux récipiendaires fraîchement nommés. Nos trois verres de vin blanc de « Chablis » tintèrent aussi plaisamment que le son divin d’une cloche savoyarde, comme symbole de notre nouvelle union.
André enleva la capsule de la dive bouteille et confectionna un anneau pour maintenir l’acrostiche roulé à la manière d’un parchemin. On reconnaît bien là le geste auguste du « Troubadour Public », du poète, de l’artiste et de l’extériorisationiste qu’est André.
Une bien émouvante mais joyeuse cérémonie, improvisée sur la Butte Montmartre.
Il ne me reste plus qu’à me gargariser de cette fonction d’Ambassadeur en me souvenant des quelques vers issus du poème de mon ami André : « Et « 2008 » redeviendra un ciel bleu… Où tu te sentiras tout neuf, tout rajeuni, L’étendue de ton horizon sera ton paradis…, Tu attendras moins des autres… et demain… Te montrera la route d’un magistral destin !!! ».

Complainte de la Butte

 

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. sacre coeur dit :

    thanks for this article I share on fb.I love Montmartre

  2. ollard dit :

    moi j’étais assise avec un ami et il nous a parlé gentilment. Puis il m’a demandé mon prénom et il m’a dit « chere ombre » d’après mes souvenirs. Ensuite il a récité son poème et j’étais aux anges. Je viens de retrouver ça dans mes archives de jeunesse et je suis fière d’avoir ces 2 dédicaces de monsieur YATT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s