Publié dans Annette

« Flânerie du désir » par Annette


Peinture de Martine Verschooren
Peinture de Martine Verschooren

C’est un piège
D’embrasser l’idée
Que
Le désir
Est enchaîné
Et
Dompté
Par nos sermons.
Qu’il suffirait
De l’implorer
Pour
Qu’il capitule
Devant
Nos doléances.
Parfois,
Sans même
Qu’on l’hume,
Il se glisse
Sous un embrun de satin,
Se faufile
Sous une magie voilée.
Une délicate rupture
Dans
Notre espace temps.
Il suffirait,
D’une broderie devinée,
D’un fougueux champagne,
Pour empourprer
Des braises alanguies.
Alors,
Le chemin
Que
L’on croyait rocailleux
Se révèle
Parfumé de roses.

Annette Canard – Décembre 2013

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s