Publié dans Annette

« Célébration du désir » par Annette


Toile de Martine VERSCHOOREN
Toile de Martine VERSCHOOREN

Chair violente,

Chair triste.

Lèvres fragiles,

Mots désespérés.

Failles douloureuses,

Audaces étonnantes.

Candide,

Elle éveille le trouble.

La valse de son corps

Porte la liberté d’une toile de Martine.

Le tourment de son regard,

Chasse les frontières du plaisir

Comme une censure.

Elle nous emmène

Sur les routes de l’amour,

Celles qui font mal,

Celles qui font hurler,

Celles de la pulsion.

Sa volupté

Fleure la jouissance sulfureuse.

Sa devise,

Ni soupçon,

Ni péché.

Cultivant,

Ainsi,

La pensée d’un notoire marquis.

Dans son boudoir,

Il est exquis de scandaliser.

Texte Annette Canard – Janvier 2014

Peinture de Martine Verschooren

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s