Publié dans Annette

« Dans l’intimité de ma rivière » par Annette


eau d'heure

Mon regard vogue sur la limpidité,

Il rêve au fil de l’eau.

Son flirt avec l’infini bleu céleste

Épousant

L’éclatant doré solaire

Accroche à sa rétine les cents miroirs de l’eau.

Affriolantes et audacieuses,

Cueillant mes prunelles,

Naïades et ondines

Folâtrent et badinent

Avec les poissons d’argent.

Ce ballet mystérieux

Les enivre,

Les charrie,

Au gré du vent,

Sous les cascades,

Vers l’au-delà des flots innocents et insouciants.

Elles s’assoupissent,

Au bord du lit de l’eau,

Ondoient sur la houle paisible de ma rivière natale.

Bercées par son murmure,

Elles se chevillent sur son fond.

Ses toiles

Qui respirent le vent du large à plein poumon

Frissonnent dans mes talons.

Annette Canard, le 06 juillet 2014

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s