Publié dans Annette

« Femme aux escarpins de vent » par Annette


Femme aux escarpins

Ma solitude d’aventurière me coud la peau.

J’abandonne cet univers

Pour cheminer sous l’immense ciel béant,

Pour

Songer d’amours sublimes avec la terre et la nature

Sous les jupons des étoiles.

Dans la chaleur estivale,

Je tente de sentir le souffle de ma vie.

Mes pas me rendent fragile,

Me font percevoir l’étrange clameur du silence

Et

Les soupirs des ténèbres.

L’ampleur du monde se reflète dans mon regard.

Je n’ai plus de mots pour peindre les mystères insondables

Que

Mon âme embrasse dans cet infini nulle part.

Je traîne,

Libre,

Enchantée de ma cavale de l’inutile.

Sous les baisers du soleil naissant,

Au bout de mon odyssée,

Je renais.

Annette Canard, le 06 juillet 2014

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s