Publié dans Gastronomie, Où sortir

Ô Relais de la Côte à Gouvieux


Crédit photo page Facebook de Ô Relais de la Côte
Crédit photo page Facebook de Ô Relais de la Côte

Vous entrez ici dans une coquette petite auberge qui ressemble à une bonbonnière aux couleurs sobres mais de bon goût. Un détour via les toilettes, dès votre arrivée, vous permettra de constater la bonne tenue de l’établissement. Les banquettes seraient confortables, même sans les coussins et les dossiers ajoutés. Sets de tables sympathiques et serviettes en tissus sont de rigueur.

L’accueil est sympathique, le Banyuls est un vrai délice et l’amuse-bouche bien que surprenant, au départ, s’avère goûteux et tendre puisqu’il s’agit d’un morceau de bœuf mariné à la sauce soja et coriandre. Viendra ensuite un velouté de carottes.

Plusieurs possibilités vous sont offertes, au niveau du menu. Cependant votre Chroniqueur Gastronomique s’est plus volontiers attardé sur une formule mets et vins au verre bien pensée et qui évite de se retrouver seul avec une bouteille.

L’entrée est un Saumon d’Écosse label rouge fumé et sa gaufre à la chantilly noire (encre de seiche et pointe de raifort) avec une salade de roquette bien assaisonnée, sur un verre de Pinot Gris. Les tranches sont généreuses et épaisses. A noter que ce poisson est fumé par les soins de l’établissement.

Le plat est un Filet de Lotte anis-gingembre et fenouil confit, sur un verre de Graves. Trois filets correctement rôtis et parfaitement frais permettent de voyager sur des saveurs océanes. Le fenouil amène une note anisée qui se marie parfaitement avec le poisson, cependant ce légume rend de l’eau et il serait de bon ton de le remplacer par un flambage au Ricard avant de crémer la sauce pour lui donner plus de tenue et d’onctuosité.

Une jolie petite planche à découper servira d’assiette généreuse pour quatre morceaux de fromages classiques, sur un verre de Chinon.

De mignons et dodus petits pains tièdes, confectionnés « Maison », sont proposés tout au long du repas (campagne et céréales).

Pour conclure une mousse au chocolat craquante m’emmènera dans les contrées de mon enfance car il est bien rare de trouver une qualité gustative à ce dessert qui est souvent un grand raté mais là, il faut bien l’avouer, nous sommes dans l’excellence et proche de mon dessert préféré confectionné autrefois par ma mère.

Un café « Ristretto » permettra de s’attarder encore un peu dans cette belle Maison à découvrir.

Écrit par Philippe Chauveau-Beaubaton

Crédit photo page Facebook de Ô Relais de la Côte

Voir le Site de Ô Relais de la Côte ICI

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s