Publié dans Aliza Teraghia

« PAR TOUS CEUX » by Aliza Teraghia


Aliza

Par tous ceux qui sont morts et n’avaient pas vingt ans
Pour des salauds de rois ou des pourris de présidents
Notre Terre regorge de cimetières et de cadavres inutiles
Sacrifiés pour des intérêts sordides et des causes futiles
Ceux qu’on appelle Grands, qui sont d’infects minables
Pas le moindre regret, ni de remords en passant à table
Ils ne vont jamais se battre, ils envoient les pauvres gens
S’étriper à mort sous un drapeau contre des pauvres gens
Pas avec le même langage, ni non plus le même uniforme
Dans les fosses communes, tous sont mélangés, informes
Leurs sourires, leurs amours, leurs espoirs à jamais figés
Des millions de vies réduites à des corps si décomposés
Ils viennent, abjects et contents ceux qu’on appelle Grands
Faire un discours, ce n’est pas fatiguant, une fois par an,
Mais crever, se battre, dans la sale boue, dans les rizières
C’est bon pour les peuples habitués à la haine et la misère
On les abrutit à coups de patries, de drapeaux, de religions
Tandis que les Grands s’ébattent en riant dans leur pognon
Ils vont de putes en putes, de trusts en très grands groupes
Pour eux les paradis fiscaux, les filles aux si belles croupes
Vieux salauds pourris jusqu’à la moelle sans aucune morale
A part s’enrichir et ordonner, diriger, polices, camps, prisons
Ceci bien entendu au nom de la patrie ou bien de la nation
Par tous ceux qui sont morts et n’avaient pas vingt ans
Pour des salauds de rois ou des pourris de présidents
Notre Terre vous vomit, vieilles ordures si lamentables
Confits de prétention, arrogants et pourtant minables
Assassins en col blanc, ça depuis la nuit des temps
Vieux salauds de rois et vieux pourris de présidents.

© Aliza Teraghia – droits d’auteurs réservés.

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s