Publié dans Aliza Teraghia

« Tu n’étais pas là » par Aliza Teraghia


Aliza

La douceur de ces moments, le souvenir de paroles,

Et déjà mon esprit se laisse aller et vers toi s’envole,

J’ai appris de toi qu’il est très doux ainsi de s’aimer

Que chaque instant peut aussi être à follement rêver

Mes doigts gardent en souvenir la forme de ton corps

Mes lèvres privées des tiennes les cherchent tant encore

Mon corps sans le tien sent la froide solitude l’envahir

Dormir seule est une forme de mort qu’on ose pas dire

Je te cherche dans mes rêves telle la naufragée solitaire

L’amour est à deux, seule c’est rien, je ne peux le taire,

Je tends mes bras en avant, mais en vain, tu n’es pas là

Je ne trouve que le vide ton empreinte plus sur ces draps

Ce lit inanimé, il nous a tant connues, il n’a nul souvenir

Témoin passif de nos étreintes, de nos serments d’avenir

Je pense à toi très fort à crier ton nom, mais tu n’es pas là

Il pleut dehors ou fait un grand soleil, mais tu n’es pas là

Les gens me parlent, me demandent, mais tu n’es pas là

J’écoute un CD, je regarde un film télé, mais tu n’es pas là

On sonne à la porte, mais ce n’est pas toi, et tu n’es pas là

Le guerre ici, là un attentat, là la bourse, mais tu n’es pas là

Je regarde ma montre, le calendrier, tu n’es toujours pas là

Je regarde ma vie, je tue le temps qui passe, tu n’es pas là

Dis, reviendras-tu un jour, est ce qu’un jour tu me reviendras

Passent les jours, passent les heures, non, tu n’es pas là

Je reste là, j’attendais tout simplement qu’enfin tu sois … là.

Et puis cette longue attente d’un seul coup enfin a cessé

J’ai senti sur mes lèvres la douceur infinie de ton baiser

Tu es là, le monde a repris de la vie et des couleurs;

Tu es là, j’ai arrêté de faire le compte des heures

Tu es là, le soleil dehors brille plus fort

Tu es là, la vie triomphe de la mort

Tu es là, il fait beau dans moi

Tu es là, oui, tu es là, toi …



© Aliza Teraghia – droits d’auteur réservés.

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Un commentaire sur « « Tu n’étais pas là » par Aliza Teraghia »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s