Publié dans Aliza Teraghia

« CHANGEMENT » par Aliza


Aliza

Ce soir brusquement une idée m’a prise
Depuis ce moment vraiment elle me grise
J’abandonne le beau drapeau gay et lesbien
Je deviens hétéro, il parait que c’est si bien
A moi donc les beaux mâles bien membrés
Les Apollons du coin, tous les Chippendales
Baudelaire en parle dans Les Fleurs du mâle
Sentir enfin cette odeur si forte et tellement virile
Rester pâmée devant sans pouvoir bouger un cil
Les regarder devant moi tous nus et en chaussettes
Admirer leur allure, ainsi ils sont trop chouettes
Rentrant leur gros ventre, bombant leur petit torse
Me montrant avec fierté combien ils ont de force,
Ramenant sur leur crâne hélas un peu trop déplumé
Une longue mèche ou un postiche du plus bel effet
Timide, leur sexe regarde obstinément le plancher,
Ils l’encouragent du geste à se dresser vers le plafond
Attendent-ils de moi que je m’y consacre à fond ???
Ils me demandent de ne pas montrer trop farouche
Pourquoi ont-ils besoin de mes mains, de ma bouche
Ils ont vraiment de curieuses façons de dire bonjour,
Pensent-ils de sorte ainsi m’ inspirer un peu d’amour
L’un crie au miracle, son membre est devenu très dur
Un autre traite une boite de Viagra de nulle et d’ordure
Ils semblent tous très préoccupés par l' »érection »,
Je ne savais pas qu’on était appelés aux urnes,
Le nom des candidats ? « Bite », « Kouill », « Burnes »
Enfin aller voter est un devoir dans toute nation ;
Mais tout ça est compliqué, je reste lesbienne,
Beaucoup plus simple en fait quoiqu’il advienne
Tant pis, je n’aurais pas des slips sales à laver
Je pense que cela va beaucoup me manquer,
Dans la vie il faut parfois se faire une raison
Et renoncer de devenir une femme à la maison
Travail la journée, ménage et vaisselle le soir
Lavage et repassage jusqu’à ne plus rien voir
Je vais rater tout ça pour une autre femme
Je sais, c’est triste, ça m’arrache l’âme,
Tant pis, je reste lesbienne
Pas d’hétéro qui tienne …

Aliza Tous droits réservés

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s