Publié dans Annette, Belgique, Contributeurs, Poésies

« La faim du monde » par Annette Canard


Annette

 

Le gris de fatigue et d’érosion
Éteint mon être.
Mais,
La lumière sévit dans mon regard.
La flamme qui s’y consume
Est
Farouche et pure.
Son ardeur est invincible.
Mon évasion sur l’archipel du verbe
M’offre un vagabondage rempli d’images.
Celles,
De clémence en friche
Et
De générosité en jachère.
Sur cet horizon crépusculaire
Où le ciel est bas,
Les nuages séquestrent les vivants sur un sol injuste,
Amputé d’humanité.
Ce décor nauséabond,
Où baignent des gueules sans foi, ni loi
Écorche ma poésie sauvage
Et
Renie l’humain dans l’inhumain.
Ma visée s’envole vers la clarté du salut.
Si la vie n’est plus que tempête, fougue et hargne
Tout est perdu.
Si l’humanité se fane
La menace,
C’est de la perdre à jamais.

 

Annette Canard, le 26 février 2016

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s