Publié dans Annette, Belgique, Contributeurs, Politique

« Corps à corps » par Annette Canard


Annette

 

Dans l’ombre, je la devine prostrée,
Le menton reposant sur le bois sacré.
Un son triste masque son regard éteint,
Chevauche ses lèvres entrouvertes
Qui bercent ses premiers accords,
Ses premières cadences.
Soudain,
Une mélodie impétueuse fuse,
Telle un flot bavard déferlant sur nos vies.
Les cordes frémissent dans un supplice.
L’archet docile en émoi sculpte la voix de son violon
Un long sanglot broute et pille les cœurs en écoute.
Son autre posée sur son miroir rêve d’un violon dingue,
Accordé juste pour aimer.
Un archet qui caresse et ose,
Qui épuise, étourdit de folles notes
Pour expirer sous une avalanche d’applaudissements.

Annette Canard, le 14 juin 2016

Un texte dédié à mon amie Laurence P. de Soumoy

Auteur :

Chroniqueur libre et indépendant, mais pas dupe sur la définition du mot liberté. Je suis un paresseux pathologique, n'acceptant pas les critères de performance imposés par notre Société. Rebelle qui respecte sa vraie nature, en se laissant vivre parfois dans le rêve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s