Qui peut bien être Dany Gilles ?


Dany GILLES

Rencontre avec un homme hors du commun, à l’Auberge du Moulin Labotte de Haybes dans les Ardennes où il vient régulièrement faire une cure d’amitié épicurienne autour de sa passion qu’est le vin. Rien ne prédestinait Dany Gilles à réussir sa vie, tant professionnellement que sur le plan privé. Enfant, il était livré à lui-même, d’autant que ses parents délaissaient totalement son éducation. Ce petit garçon allait, grâce à son courage et sa persévérance, travailler à l’école et dans le sport, pour s’en sortir seul et oublier ce milieu familial qui ne lui apporterait rien.

Il aurait pu mal tourner et fréquenter des voyous, cependant sa volonté allait l’aider à surmonter la vie qui s’ouvrait devant lui et qui ne lui convenait pas. Cependant il ne ressemblerait à aucun autre et pas question de rentrer dans une quelconque case qui ne serait pas faite pour lui.

Dany Gilles n’appartient à personne d’autre qu’à lui-même. Il est libre, comme le vent et il souffle où il veut. Autonome et totalement entier, il est cependant un homme fidèle dans ses convictions comme en amitié. Bon mari et père bienveillant, il panse ses plaies psychologiques de par sa conduite morale, comme une sorte de thérapie dont il n’a pas conscience, en donnant avec générosité tout ce qu’il n’a jamais reçu.

Il a d’énormes capacités, un sens élevé de l’amitié, une passion pour la Table et les Citroën DS. C’est un philosophe de la vie qui porte en lui, ce qui nous manque à tous d’humour et d’humanité. Pour lui, la vie n’est pas sérieuse et il la vit au quotidien avec intensité, en n’ignorant pas que demain tout peut changer ou s’arrêter. Ce bel esprit nous surprend, de jour en jour, car il a su garder son âme d’enfant et mange sa vie à belles dents. Il est bien loin d’être dupe, le bougre !

Son travail de Cadre Technico-Commercial lui permet de s’acclimater à tout un chacun, sans jamais changer sa façon de penser ou de voir les choses. Il s’adapte, pour le bien des siens, et même si demain il devait se retrouver seul, il serait capable de vivre d’un rien.

Cet homme fougueux, à la nature impétueuse et aux prises de position parfois surprenantes, est en fait une sorte de gros nounours au cœur tendre plein de sensibilité.

J’aime le côté authentique de cet homme extraordinaire.

Ecrit par Philippe Chauveau-Beaubaton

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s