RSS

« CHRONIQUE D’UN CIEL DE PALESTINE » par l’écrivain Shmuel T. Meyer

15 Mai

Shmuel T. Meyer by Rebecca Wengrow

I

La nuit portera ses morts aux barbelés
Enfants vendus pour que les parents survivent
Pour que les petits-chefs des parents exultent au firmament de la
Double mise en demeure du ciel et de l’enfer.

II

Des femmes, des mères, des épopées, des filles et des fiancées
paumes ouvertes, noires des feux et des fumées,
dressées.
Remercient-elles le ciel ?
A la télé –
« Je n’ai pas peur pour lui, dit celle-ci, son frère est déjà mort. »

III

Trismégiste, le Chef des petits-chefs
Qui établit le siège de l’inhumanité en son palais de sable
Au pied des barbelés
Et offre au soldat, la tête d’un enfant bouclé
|qui n’aura pas eu le temps de lire Kitāb ʾAlf Laylah wa-Laylah|

IV

Et tous les chiens couronnés de mon village
Qui dansent la gigue
Et mes fils qui se souviendront toujours de la tête
bouclée au bout de leur lunette.

V

Je connais bien cette frontière de métal et de portiques
Et le sable qui s’entasse autour de ce qui ne vit plus,
de ce qui bouge encore mais ne vit plus.

VI

Dans un bureau , un homme, plus très jeune, la barbe encore pleine de zaatar et de sésame grillé, glisse des dollars froissés dans une enveloppe.
Il fait passer son pied droit dans son soulier de gauche, lorsqu’il lèche la colle du rabat.
Les billets font une bosse qui gêne pour calligraphier proprement le nom du destinataire. L’homme s’en veut, pète un juron très pieux d’entre ses lèvres dévotes, et se promet, in petto, d’écrire dorénavant avant.
Il a cinquante-deux enveloppes aujourd’hui.

VII

Ici, dans mon village, on aime le drapeau, moi-même, j’aime le drapeau
Nous avons le même drapeau et pourtant le leur ne ressemble pas du tout au mien. Nous avons le même drapeau mais pourtant, ils disent que le mien est celui des traitres et du Erev Rav.

VIII

Trismégiste, le Chef de tous les petits-chefs.
Dodu, replet,
il donne du caillou et du pneu brûlé
à manger aux filles et aux fils de la forteresse
et les enfants mangent de tristesse
et de Ciel mêlés

IX

La nuit portera ses enfants aux barbelés
Au matin, sous le ciel synthétique de cinquante-deux tentes de deuil
On boira le café
et la cardamome aura déjà le goût suave des prochains sacrifiés.

© Shmuel T. Meyer 14-15 Mai 2018 – א’ סיוון תשע »ח

Crédit photo Rebecca Wengrow

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :