RSS

Le Balcon en Forêt des Hauts-Buttés

06 Nov

Il n’est nullement question de vous conter ici le récit romancé de Julien Gracq, mais de vous narrer plutôt ce qui se passe dans ce bel établissement intemporel perché sur les hauteurs des crêtes pré-ardennaises, à proximité de cette forêt de légende, belle et profonde, et des vastes pâturages d’alentour.

Cette belle auberge des Hauts-Buttés, tenue excellemment par Geneviève Goffette, sent bon le goût du vrai et de la simplicité des repas mijotés avec du temps et de l’amour, autour des produits frais et au gré des saisons traversées.

La cuisine de Geneviève est pleine de saveurs d’autrefois et tout ce que cette gentille dame nous propose est fait maison.

En ce lieu, on passe de merveilleux instants, hors du temps et du tumulte de ce monde aussi bruyant que cruel. Le silence est roi, le paysage majestueux, l’assiette succulente et l’accueil formidable.

L’intérieur est coquet et l’extérieur grandiose. On pourrait se croire, l’espace d’un instant, en villégiature dans un élégant chalet de montagne à la décoration champêtre.

Certes, vous n’aurez pas l’opportunité de choisir votre repas parmi des dizaines de produits, comme proposés dans certaines brasseries car ici le menu est unique et change chaque jour, selon les inspirations créatives de la poésie pastorale intérieure de cette belle artiste qu’est Geneviève Goffette, compositrice de jolies et étonnantes partitions gastronomiques envoûtantes.

Le soleil d’automne était au rendez-vous et nous invitait encore à investir le balcon fleuri, pour ce déjeuner en forêt.

Que les Ardennes sont belles, lorsque les couleurs de cette arrière-saison subliment les paysages sauvages des environs.

C’est par une « Marquisette », apéritif maison à base de vin blanc, d’orange, de citron, de vanille et de rhum, que j’entame ce repas. Un joli et savoureux petit potage de courgettes, sert d’ouverture.

Mon choix de vin se porte sur un Chinon rouge bio « Les Galuches », très fruité et révélant d’autres bonnes surprises après ouverture. Un vrai coup de coeur justifié d’Olivier Goffette, mari de Geneviève, passionné par le vin, lequel nous propose une carte très élaborée de sa cave dans des prix raisonnables.

L’entrée est une terrine de pot-au-feu de paleron de boeuf, moutarde à l’ancienne, en gelée, avec carottes et fleur de sel, sur une salade croquante et sa fleur comestible de bourrache du jardin à la vinaigrette balsamique, ainsi que du bon pain frais d’artisan-boulanger. Une superbe composition sur laquelle je me régale.

Arrive le plat de résistance avec cette large et épaisse tranche de noix de veau au fenouil, gnocchis et chanterelles d’automne, sur une belle sauce au chorizo, comme une invitation à flâner dans les sous-bois pour la cueillette des champignons. Un pur délice.

Deux belles portions de camembert ardennais et de tomme des Ardennes constituent une superbe assiette de fromages avec le sublime chutney de coing de Geneviève. L’ensemble vient flatter mon palais, dans ce mariage somptueux avec le Chinon.

Le dessert est une poire pochée et délicatement ciselée, au citron et à la vanille, avec une crème anglaise maison. Un moment de douceur et de volupté.

Le Balcon en Forêt est une étape gourmande authentique à découvrir.

Ecrit par Philippe Chauveau-Beaubaton

Voir en ligne : LE BALCON EN FORET

Publicités
 

Étiquettes : , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :