RSS

« L’éruption volcanique de l’Île de Santorin » par Bruno Ressuche

06 Juin

D’après un article de Science Advances

En s’aidant de l’étude des cernes des arbres jusqu’en Californie, une chercheuse vient d’affiner la datation de l’éruption du volcan de Santorin estimée au XVI° siècle av. J.-C. Cette estimation rejoint les données archéologiques qui signent le début de la chute de la civilisation minoenne.

D’après Platon dans le Timée et le Critias, les Atlantes seraient les Minoens des îles de Crète et de Santorin, au sud de la Grèce, de 2.700 à 1.200 av. J.-C. environ dont la civilisation aurait connu un fort déclin vers 1.500 av. J.-C. Il est tentant d’attribuer l’amorce de ce déclin à l’éruption volcanique colossale qui nous a laissé l’archipel de Santorin et sa caldera, mais aussi certainement le mythe des dix plaies d’Egypte.

Cette éruption de la classe de celle d’un super-volcan, a causé un énorme tsunami dont les traces sont retrouvées en Crète et dans les îles environnantes. Une grande imprécision persistait sur la datation de cet événement qui a certainement bouleversé l’histoire des peuples de cette région. Pire, jusqu’à présent, les dates estimées n’étaient pas compatibles avec les données archéologiques. Ce hiatus remettait en question le lien de causalité entre l’éruption de Santorin et le début de la chute de la civilisation minoenne.

La datation au carbone 14 est imprécise car le rayonnement solaire est irrégulier. Les résultats récents de ce type de datation par plusieurs laboratoires d’un même rameau d’olivier vieux de seulement trente ans, ont montré des écarts de quarante pour cent.

La situation vient de changer avec la parution d’un article de Charlotte Pearson, dendrochronologue à l’université d’Arizona. Elle a étudié deux cents échantillons de pins de Californie, et quatre-vingt-cinq échantillons de chênes du Nevada. L’idée était de mettre en évidence un refroidissement planétaire aussi important que transitoire. En effet, cette éruption fut dix fois plus puissante que celle du Pinatubo en 1991, laquelle avait sensiblement abaissé les températures à l’échelle du Globe.

Les pins et les chênes étudiés montrent effectivement les signes d’un tel refroidissement sous la forme de cernes plus étroits. L’observation conduit à une nouvelle estimation de la date de l’éruption de Santorin entre 1.600 et 1.525 av. J.-C alors que l’archéologie retient la fourchette 1.570-1.500 av. J.-C. Le croisement de ces données donne une fourchette large 1.600-1.500 av. J.-C. et la fourchette étroite 1.570-1.525 av. J.-C.

Or, des cendres retrouvées suite à des carottages effectués au Groenland, signent une éruption volcanique majeure en 1.642 avant J.-C. On pense qu’il s’agit là d’une autre éruption, celle du mont Aniakchak en Alaska.

Publicités
 

Étiquettes : , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :