RSS

Archives de Catégorie: Charleville-Mézières

Ludovic Huart et Lud’Art, c’est unique et ludique.


Lud’Art, contraction entre le prénom et le nom de son fondateur, vient d’offrir gratuitement un magnifique spectacle de rue aux ardennais et plus précisément à la ville de Fumay dont il est originaire. Je me souviens du petit garçon qu’il était, lorsqu’il arriva sur le Tatamis du Dojo de Haybes où j’étais instructeur-adjoint au cours enfants. Il devait avoir 10 ou 11 ans et possédait déjà une grâce toute naturelle pour pratiquer cet Art Martial.

Que de chemin parcouru par cet homme, depuis cette époque. Directeur du Théâtre de la Grande Ourse à Fumay (Ardennes), Ludovic Huart est aussi, à 36 ans, un véritable « comédien-écrivain », spécialiste de la mise en scène, connu tant à Aix-en-Provence, Charleville-Mézières ou Paris et principalement au Théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées et du Théâtre 13 du boulevard Auguste Blanqui à Paris 13. Puis il s’oriente vers l’écriture pour la jeunesse, avant d’adopter ses ouvrages à la scène. Il sera remarqué, par une création originale, au Festival Mondial des Marionnettes.

Le vendredi 22 juin 2018, dans le jardin du Couvent des Carmélites à Fumay, se déroulait la 3ème édition de sa fameuse « Nuit Étoilée » avec la présence de quelques 1300 spectateurs. Un spectacle de grande qualité et haut en couleur dont lui seul à le secret, contentant ainsi petits et grands. Musique, Théâtre de Guignol avec Guignol et le déménagement fantastique, Théâtre de Marionnettes à gaines traditionnelles à mourir de rire, Déambulation Burlesque, Théâtre de Rue, Spectacle Satirique et d’Actualité,Concert, Spectacle de Feu, Lanternes Volantes et musique techno, grâce à la complicité du Maire de la commune, le Docteur Mario Iglesias, et de son équipe.

Ludovic Huart est également, rappelons-le, directeur à la Hutte spécialisée dans les bougies parfumées audacieuses, élégantes, insolentes voire impertinentes à découvrir sur hutte.co

Contrairement à la légende négative sur le département des Ardennes, ce Département bouge et vit grâce aux talents d’ouvriers, d’entrepreneurs, d’artistes et d’élus qui font bouger les lignes de ce joli carrefour de l’Europe.

Voir en ligne : HUTTE

Ecrit par Philippe Chauveau-Beaubaton

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Le restaurant « Chez Toshi » est à découvrir à Charleville


C’est fin 2017 que je découvre un article consacré à Monsieur Toshikatsu TAKAHASHI, dans le Journal L’Ardennais. Ce Chef de Cuisine au parcours étonnant, puisqu’il vient du Japon, excelle à présent dans son restaurant « Chez Toshi » situé rue du Moulin à Charleville-Mézières.

Passionné par les Arts Martiaux Traditionnels Japonais ainsi que par la médecine et la philosophie qui sont indissociables des enseignements supérieurs et authentiques des vraies écoles, je décide de me rendre dans la Capitale des Ardennes afin de découvrir la cuisine de ce Maître en Art Culinaire.

Le Chef de Cuisine Toshikatsu TAKAHASHI, en compagnie de son équipe, m’accueille aimablement et avec ce sourire qui donne envie de rester en cet endroit.

L’établissement est coquet, l’ambiance doucement feutrée dans un cadre agréable et la table bien dressée. Un détour par les toilettes confirme que l’endroit est bien tenu.

J’ouvre ce repas par un Whisky Japonais Tokinoka très agréable au nez, léger avec ses notes de céréales, de miel non sucré et d’iode qu’il laisse en bouche. Cet apéritif est accompagné d’une verrine de mousse de cresson et d’une gougère moelleuse au mascarpone. Une douce musique classique vous invite à la détente.

L’élégant Nicolas Riquet vient prendre ma commande et c’est l’agréable Anaïs qui m’apportera les plats en les commentant.

Sur un verre de Coteaux-du-Layon, je déguste un duo de foie gras de canard français dont l’un est au pain d’épices et l’autre à l’eau de vie de cidre, lequel aura ma préférence même si l’ensemble me transporte dans un paradis de saveurs équilibrées et subtiles.

D’imposantes et belles coquilles Saint-Jacques avec corail composent mon plat de résistance. Elles sont délicatement posées sur un succulent jus corsé flambé au Noilly Prat et entourées de petits légumes poêlés. Ce plat est un ravissement et je le rehausse d’un magnifique verre de Santenay rouge.

Je termine par une assiette de cinq fromages et clôture cette belle aventure gustative sur un thé mexicain qui fleure bon le tabac.

« Chez Toshi », la cuisine est faite maison et, au-delà de cette superbe table de la gastronomie française, on découvre dans nos assiettes qui sont de belles œuvres d’art toute la finesse et la délicatesse de l’esprit japonais.

Le Chef de Cuisine Toshikatsu TAKAHASHI semble être arrivé ici pour nous régaler de ses compositions qui émanent de son savoir-faire mais aussi de son cœur.

Lorsqu’un étranger nous apporte quelques belles notes de sa culture, tout en respectant la nôtre, alors sa place est désormais chez nous.

Ecrit par Philippe Chauveau-Beaubaton pour La Libre Gazette

SITE CHEZ TOSHI

 

Étiquettes : , , , ,

Elles sont le Barbier de Charleville


Après le Barbier de Séville de Beaumarchais et celui de Belleville composé par Alice Dona, il existe à présent celui de Charleville dans la rue du Moulin. Ce Barber Shop est une coquette petite échoppe que l’on découvre en venant de la Place Ducale et en se dirigeant vers le Musée Rimbaud et les quais de Meuse.

La vitrine est joliment composée de produits dérivés, de blaireaux, de savons à barbe et de rasoirs mécaniques. A l’intérieur, on retrouve de confortables et moelleux sièges en cuir de coiffeur d’antan. On vous revêt la gorge d’une collerette afin d’empêcher poils et cheveux coupés d’aller vous piquer la peau des épaules et du dos. Un grand tablier recouvre votre corps, comme pour vous donner l’impression de jouer un rôle de figurant dans un western et, à ce moment précis, vous constatez que vous n’avez pas de revolver caché sous votre blouse pour dissuader éventuellement l’officiant de vous trancher jugulaire et carotide.

Ce salon est tenu par de jeunes et sympathiques femmes semblant connaître parfaitement leur affaire, lesquelles sont censées s’occuper de nos barbus et c’est ce que font, merveilleusement bien, ces reines du ciseau et des barbichettes en biseau, en harmonisant votre barbe avec vos cheveux, en apportant cette touche gracieusement artistique dans le maniement du coupe-chou, nous éloignant ainsi des images violentes et tenaces de vilains criminels barbus d’autrefois et de ceux d’aujourd’hui qui voudraient nous imposer leurs lois. La barbe reprend enfin, entre leurs mains expertes, ses vraies lettres de noblesse pour devenir bien plus qu’un phénomène de mode mais un art à part entière, celui de savoir porter barbes et moustaches. Massage du visage, serviette chaude, serviette fraîche; on prend vraiment ici grand soin du poil.

Il vous faudra cependant être patient, afin d’obtenir un rendez-vous, vu que le Barbier du Moulin ne désemplit pas de la journée, alors n’attendez pas de ressembler à Landru avant de prendre votre décision.

En conclusion, il est grandement plaisant de confier notre beauté à des femmes; leur côté délicat fait qu’elles ont tous les atouts pour bien s’occuper de nous, la féminité étant une grâce qui s’ajoute au sens de l’esthétisme, lequel nous fait parfois défaut. Ces belles dames nous rendent ainsi moins sauvages et plus présentables à leur yeux qui ne sauraient se contenter de la vision de brutes épaisses des cavernes voire d’autres ermites du fond des bois.

Écrit par Philippe Beaubaton

SITE BARBIER DU MOULIN

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :