RSS

Archives de Tag: Eddy Huysmans

Le Pont des Anges de Beauraing


Parmi les établissements de Flandre et de Wallonie, Le Pont des Anges de Beauraing reste une valeur sûre de cette belle gastronomie Belge, jusqu’à faire pâlir certains restaurants français ne sachant plus nous recevoir comme il se doit.

Souvent déçu par de prétendus gastronomiques de l’hexagone qui se laissent aller dans leurs assiettes manquant totalement d’originalité et surtout de générosité, en se croyant à l’abri derrière leurs dernières distinctions au Michelin ou au Bottin Gourmand, il est bon de se retrouver chez nos voisins Belges, au Pays de Tintin, tant pour se rassurer que pour vivre des instants magnifiques au Royaume du bien manger, du bien recevoir et du savoir-vivre.

Le Pont des Anges ne faillit pas à sa belle réputation puisqu’il a toutes les qualités requises pour nous étonner, et cela depuis notre tout premier passage en 2011.

Il nous semble même que le talent du remarquable Chef de Cuisine, Sonetra Uon dit Sony, va crescendo et que l’artiste devient un Maître en la matière.

Eddy Huysmans, le Patron, sait quant à lui recevoir ses clients avec son œil rieur voire légèrement espiègle et sa grande connaissance du vin. Sa Table est excellente, dans cette ambiance feutrée où il fait bon vivre, son établissement bien tenu, son service irréprochable et ses toilettes rutilantes.

Après un apéritif maison et quelques savoureuses mises-en-bouche bien loin d’être banales, nous partons sur un jambon-melon revisité avec de fines tranches accompagnées de mousse de jambon, de gelée au porto et d’un sorbet melon balsamique. Cette composition est agréable à l’œil et au palais, les fraîches saveurs sont exceptionnelles en même temps que goûteuses et le travail de présentation est soigné.

On nous propose de jolis petits pains dodus fait maison et notre choix se porte sur ceux à la truffe sur lesquels nous tartinons du bon beurre salé.

Le plat de résistance est un fabuleux filet de bar cuit au court-bouillon, accompagné d’une tombée de jeunes pousses d’épinards, d’une purée de crevettes grises et d’une mousse de citron vert. Le mariage de tous ces ingrédients est plus que sublime puisqu’il provoque, en bouche, une explosion de saveurs uniques. Le travail de ce plat est divin.

Enfin un assortiment de sorbets, présenté sur des fruits frais coupés finement, viendra clôturer le plus agréablement du monde ce merveilleux festin digne du Roi Philippe.

Un vin rouge de Bourgogne, Hautes Côtes de Nuit 2014 du Domaine Manuel Olivier, sera présent tout au long de ce bien agréable moment passé dans cette bien jolie Maison qui nous invite à y revenir.

Écrit par Philip Beaubaton

SITE LE PONT DES ANGES

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

LE PONT DES ANGES DE BEAURAING


Le critique gastronomique Belge Jacques de Suray

Sauf pour la goûteuse cuisine des terroirs de France et exception faite pour certains Chefs Restaurateurs sachant rester raisonnables en nous proposant des produits frais ou du marché, il faut parfois passer chez nos voisins et amis Belges pour trouver aujourd’hui une gastronomie de qualité à des prix abordables.

Au Pont des Anges, point de guide machin ou d’étoiles truc, pour mettre en œuvre l’art du savoir recevoir. L’accueil est chaleureux, le restaurant bien tenu, l’ambiance feutrée, la vaisselle parfaite, les fauteuils confortables, la décoration soignée, les couleurs tendance, l’addition convenable et les commodités restent d’une propreté exemplaire d’un bout à l’autre du service. La carte, quant à elle, est renouvelée comme il se doit.

Eddy Huysmans, le patron de cette belle Maison, ne transige sur rien et est attentif au confort ainsi qu’à la qualité de ce qu’il propose à ses clients de plus en plus nombreux. Le Grand Chef de Cuisine Sony, qui en France amènerait à l’auberge d’Eddy au moins deux étoiles, est renommé pour ses plats inventifs et géniaux qu’il faut élever au rang d’art culinaire sublime.

Eddy Huysmans propose également, dans le même bâtiment, une cuisine plus modeste à l’intérieur de sa Brasserie Le Pèlerin. C’est là que vous pourrez déguster quelques spécialités typiquement belges autant que divines, comme la carbonnade et les rognons à la bière Trappiste de l’Abbaye d’Orval dont l’établissement a été élevé au rang d’Ambassadeur, label très prisé en Belgique.

Le vendredi 27 mai 2011, en compagnie de Jacques de Suray qui fait et défait les réputations des uns et des autres, lequel est à la Belgique ce que Jean-Pierre Coffe est à la France, nous étions les invités d’Eddy Huysmans qui voulait nous faire découvrir un repas autour d’excellents grands crus de Bourgogne ramenés par lui-même de la Maison Manuel Olivier sise à Concoeur et Corboin en Côte d’Or.

Le Pont des Anges et Nuits-Saint-Georges étaient fait l’un pour l’autre, comme pour nous faire rêver, alors merci à Monsieur Huysmans pour ce moment intense autant qu’inoubliable.

Vous pouvez retrouver le Pont des Anges sur

 

 

Facebook

Nuits-Saint-Georges 2008

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

EDDY HUYSMANS INVENTE LE PONT DES ANGES A BEAURAING


Le sympathique Eddy HUYSMANS

Après «Et Dieu… créa la Femme» de Roger Vadim, est venu enfin le temps d’Eddy Huysmans qui décida de créer en 2010 «Le Pont des Anges», dans la ville Mariale Belge et frontalière de Beauraing, non loin de la ville Française de Givet, dans les Ardennes.

Il fallait bien un nom aussi mignon, au fronton de ce très bel établissement superbement tenu par le sympathique Eddy Huysmans, son épouse Marianne, ainsi que leur équipe, pour attirer les foules.

C’est à deux pas du lieu des apparitions de la Vierge Marie, dans la jolie petite ville Belge de Beauraing, que se situe cette magnifique auberge gastronomique qui ressemble extérieurement à un Motel de Santa Fe qu’aurait pu nous décrire subtilement le romancier Pierre-Emmanuel Scherrer, dans son dernier livre «Desert Pearl Hotel».

Dès que nous pénétrons à l’intérieur de cet endroit magique qui nous dépayse, nous avons l’impression d’entrer dans un petit cocon douillet où tout est beau et de bon ton. On se sent tellement bien là, qu’on ose à peine imaginer en ressortir un jour. On voudrait voir le temps s’arrêter, tout en dégustant mets et art de vivre.

Il y a, dans ce sanctuaire dédié aux plaisirs de la table, un accueil chaleureux et quasiment amical comme on ne le rencontre nulle part ailleurs.

Tout semble parfait et d’une grande élégance, la salle est décorée avec soin et de belle façon, cela nous change des salles à manger vieillottes, avec des trophées de chasse en guise de décorations murales, sous des poutres apparentes encaustiquées comme au siècle dernier.

Eddy vient accueillir ses clients, comme s’il recevait des invités chez lui, avec ce savoir-faire qui n’appartient qu’aux Belges. Il a l’air d’un brave homme, ce Monsieur Eddy, et son discours de bienvenue nous met tout de suite à l‘aise.

De l’entrée au dessert, en passant par le menu du marché ou la carte, avec ses suggestions du moment ou les classiques, tout est cuisiné avec talent. Les assiettes sont décorées avec une méticulosité d’horloger Suisse, les parfums et les saveurs sont au rendez-vous, les sauces et les émulsions sont goûteuses à souhait. Foie gras, carpaccio de bœuf, croquettes aux crevettes grises, médaillons de sole, ris de veau et tartare de bœuf coupé main à l’Italienne vont en ravir plus d’un.

Il faut dire qu’en cuisine œuvre un Chef surdoué et grandement créatif, un talent comme on en trouve si rarement, un petit génie qui aime son métier, un Maître de l’Art Culinaire et un champion de la gastronomie Française. Sonetra Uon dit Sony est bien plus qu’un Chef de cuisine, c’est un vrai créateur, un artiste dans l’âme et jusqu’au bout des ongles, un homme qui ne peut se contenter de réussite moyenne, un vrai perfectionniste qui sait nous emmener dans son univers évolutif et dans une dimension gustative qu’on ne remarque que chez les plus Grands. Son parcours est autant étonnant qu’atypique, puisque le jeune Chef Sony Uon n’aura que 24 ans en mars 2011. Belge, d’origine Cambodgienne, Sony se passionne pour la gastronomie Française et entame des études en ce sens. Il travaillera dans de très grandes Maisons, avant de rejoindre «Le Pont des Anges» d’Eddy Huysmans où il excelle pour le plus grand plaisir de tous. Sony obtiendra la quatrième place des Maîtres Cuisiniers de France et remportera le concours national de la gastronomie, avant d’être sélectionné pour le championnat du monde des métiers de Calgary.

C’est au service en salle que nous avons eu le grand plaisir de retrouver le frère de Sony, toujours à l’écoute de ses clients qu’il adore conseiller dans tous les domaines.

En compagnie du Chef Frédéric Pierangeli de L’Ermitage du Moulin Labotte à Haybes, de Mademoiselle Thérèse B. décoratrice Parisienne et du fin gourmet qu’est le Belge Jacques de Suray-Chopin, nous venons de tester ce restaurant qui ne peut que donner entière satisfaction aux palais les plus délicats, le tout sur d’agréables notes de cerises noires et de fruits rouges d’un vin de Pommard.

 

 

 

Le Chef Sony Uon

 

 

Le Pont des Anges

L'épicurien Jacques de SURAY

La décoratrice parisienne Thérèse B.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :