RSS

Archives de Tag: Jésus

Savaëte & Vignale inventent un nouveau concept artistique.


 

Vignale 1

Vignale 2

 

Elle crée des dessins nomades uniques, sur les photos d’elle qu’il fixe sur sa pellicule. Ce « Nouveau Binôme Artistique » va révolutionner le mariage des genres, avec un concept complètement inédit.

Elle s’appelle Juliette Savaëte et lui Frédéric Vignale. D’ici la fin de l’année 2016, ils doivent sortir un livre commun qui va surprendre et faire parler énormément, en bien ou en mal. Le livre va s’intituler « Dessins Nomades », avec quelques 30 œuvres et des textes de ces deux artistes grandement surprenants autant que déconcertants.

Une nouvelle ère s’ouvre avec ces deux-là, une nouvelle mode, une nouvelle tendance, du jamais vu, avec du vécu, du senti, du ressenti, des bouleversements, des interrogations, de l’admiration, de l’incompréhension, de la critique, de la jalousie, de la mesquinerie, de l’envie, de la fougue, de la passion… De l’Art tout simplement, une union déraisonnable et interpellante, des dessins photographiques qui sont autant de belles choses et qui ne sont pas sans nous rappeler certains tatouages ethniques polynésiens, aborigènes australiens voire sacrés ou tribaux auxquels les Maori pourraient trouver le vrai sens caché, celui de l’expression profonde de l’âme de nos ancêtres qui voyage dans nos corps physiques par un long processus purificateur d’incarnations.

Lui fait les photos et la mise en scène, elle réalise les dessins nomades à partir de ses photos.

Cet Art étrange, fascinant, beau et inquiétant n’est vu nulle part.

C’est une naissance diront certains ou une renaissance prétendront d’autres, pour ce « couple artistique » qui sait nous surprendre avec son nouveau-né.

Si lui est connu de la sphère artistique parisienne, du milieu journalistique ou grâce à ses prestations photographiques exceptionnelles, elle est moins exposée. Cependant le parcours de Juliette Savaëte est bien loin d’être banal puisqu’elle est diplômée de l’École des Beaux-Arts de Paris, d’un Master de peinture et de dessin décerné par l’Université Nationale Australienne de Canberra. Sans compter ses nombreuses expositions personnelles ou ses créations pour la Haute Couture Française.

Et si les dessins nomades de Juliette Savaëte étaient, tout simplement, des invitations vers notre voyage intérieur, à la découverte de notre identité profonde inscrite dans notre patrimoine génétique, une véritable machine à remonter le temps ou à l’ignorer parce qu’il n’est, après tout, qu’une illusion nous empêchant d’accéder à notre propre déité. Peut-être veut-elle nous affirmer, au travers de son Art, qu’il ne faut pas chercher à l’extérieur ce qui est à l’intérieur.

Serait-il Jésus et lui Marie-Madeleine ou l’inverse… ? Comprendre et expliquer c’est parfois tout gâcher car l’Art ne s’explique pas, ne pouvant que se vivre, alors laissons-nous aller vers ce voyage initiatique proposé par Savaëte & Vignale, en mettant nos pas dans leurs pas nous ne le regretterons pas.

Écrit par Philippe Chauveau-Beaubaton

VOIR LE SITE DE JULIETTE SAVAËTE

 

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Le Docteur Boubakeur voudrait remplacer nos églises vides par des mosquées pleines


Dalil Boubakeur La Libre Gazette

 

Quel comique ce Dalil Boubakeur, Recteur de la Grande Mosquée de Paris, lorsqu’il est invité à s’exprimer sur l’antenne d’Europe 1 et qu’il nous déclare, sans rigoler comme savent le faire les gros farceurs, qu’il a l’intention de récupérer les églises vides pour en faire des mosquées destinées à ses fidèles, de quoi faire retourner Jésus dans son tombeau même s’il n’y est plus.

Terminé l’angélus de nos beaux villages de France où il faisait si bon vivre et le tableau de Jean-François Millet ne tardera pas à se retrouver aux oubliettes. Place aux minarets, aux muezzins qui gueulent à tout va, aux godasses puantes sur les marches de nos églises et aux culs en l’air dirigés aux quatre vents.

Dalil Boubakeur est le premier à dire qu’il ne faut pas faire d’amalgame et que les vrais musulmans sont pacifiques. Certes, tous les musulmans ne sont pas terroristes mais tous les terroristes disent qu’ils sont musulmans ! Comment voulez-vous qu’on s’y retrouve dans tout ce souk bordélique ?

N’oublions pas de remercier au passage, pour tout ce qui nous arrive, Nicolas Sarkozy qui, alors qu’il était Ministre de l’Intérieur et des Cultes, a eu la brillante idée de réunir dans les locaux de la Place Beauvau nombre de Frères Musulmans qui, avec son aide, créèrent le Conseil Français du Culte Musulman en y plaçant à sa tête Dalil Boubakeur loin de faire l’unanimité et jugé alors comme trop mou par les Frères Musulmans.

Puisqu’il veut la guerre, Monsieur le Recteur Boubakeur l’aura. Chaque église vide sera mise à la disposition de SDF chrétiens et s’il reste encore des lieux de culte catholiques disponibles, ils serviront de porcheries, pour qu’ils ne soient pas occupés par des pratiquants d’autres religions. Le porc étant la seule viande qui ne pourra jamais devenir hallal, nous serons ainsi bien protégés.

La Libre Gazette

Il faut toujours se méfier des réactions du peuple de France car, si tout le monde n’est pas chrétien, chacun a le souci de résister face à l’envahisseur qui aurait envie de transformer notre art de vivre en une atteinte à notre liberté d’être et d’exister comme nous l’entendons. Nous ne sommes pas à une révolution près et lorsque notre Patrie est en danger, nous rassemblons toujours nos forces pour bouter ceux qui voudraient nous bouffer en nous asservissant et en brandissant un livre de lois religieuses qui ne peuvent faire loi chez nous.

Comme dit le proverbe, Monsieur le Recteur : « Il faut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler » et nous osons espérer que vous aurez l’intelligence, car vous êtes brillant, de ne plus nous offenser par vos déclarations tonitruantes et de faire pénitence. Que la paix soit avec vous !

Écrit par Philippe Chauveau-Beaubaton

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le Pape démissionne… Oui et alors ?


Pape

Qu’importe les religions, elles ne servent à rien d’autre qu’à soumettre les Hommes à un Dieu qui n’existe que dans l’inconscient collectif et pour lequel ils se battent tous, jusqu’à la mort, depuis des centaines d’années.

Ce Dieu a fait plus de cadavres que les accidents de la route, la lèpre, la tuberculose, le cancer, le sida, Hitler, Staline et Napoléon réunis.

Comment un homme, désigné par des vieillards séniles lors d’un conclave, pourrait-il devenir le représentant de l’apôtre Pierre et être son indigne successeur, en véhiculant le message de Jésus qu’il n’a encore pas compris à ce jour ? Pierre vivait dans la simplicité, alors que tous ses prétendus héritiers vécurent ou vivent dans l’opulence et le confort, ne pardonnant rien et n’allant jamais vers les plus pauvres.

On nous dit qu’il faut respecter le Pape, mais encore faudrait-il qu’il soit respectable ! Est-ce le cas lorsqu’on se retrouve dans les jeunesses hitlériennes et qu’on couvre des prêtres pédophiles ? Sans compter ses prédécesseurs les plus anciens qui n’hésitèrent pas à sanctifier les crimes de l‘église, au nom du respect de la religion, commis par ces inquisiteurs qui érigèrent des bûchers, pour mieux brûler celles et ceux qui ne voulaient pas se soumettre à la dictature papale… Putains de moines !

Pendant que les médias nous inondent avec le renoncement de ce vieux bonhomme, souhaitant enfin bénéficier de la retraite à 85 ans et qui n’arrivera peut-être pas jusqu’au 28 février 2013, la pauvreté et les guerres galopent à grands pas, tout comme le terrorisme islamiste qui supprime tous les infidèles au nom d’un même Dieu qu’ils appellent Allah.

Les croyances et la sexualité de chacun ne devraient-ils pas rester de l’ordre du privé, en évitant de nous impliquer dans des choix qui ne sont peut-être pas les nôtres ?

On nous parle de liberté et d’égalité pour tous, mais c’est une utopie que de croire qu’on puisse nous les accorder vu que l’Homme se complaît à s’emprisonner volontairement dans un système qu’il ne contrôle plus. L’espèce humaine n’a pas compris que tant que les religions existeront, la paix ne pourra venir. Tout ne serait-il pas finalement en nous, au lieu de le chercher à l’extérieur depuis la nuit des temps.

Parmi tous ces morts, pour rien, peut-être qu’un jour prochain Dieu reconnaîtra ses chiens !

Écrit par Philippe Chauveau-Beaubaton

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’Evangile selon Pilate est une révélation !


Éric-Emmanuel Schmitt, l’auteur du roman «L’Évangile selon Pilate» a-t-il été inspiré au point de se faire envahir par les pensées profondes d’un prénommé Yéchoua, Juif de Nazareth, village représentant le trou du cul du monde selon une lettre envoyée à Titus par son frère le Préfet Pilate, lequel pénètre également la réflexion du romancier jusqu’à en devenir sa plume.

Ce Yéchoua, au soir de sa courte existence, se remémore son chemin terrestre de sa naissance jusqu’à sa condamnation par un peuple tout entier, sachant qu’on ne peut défier le Sanhédrin (la Loi) sans déclencher un certain courroux.

Yéchoua, à la mort de son père et pour le remplacer, s’occupe de bricoler le bois mais, peu doué pour la charpente, il préfère nettement parler avec les gens, donnant des conseils, tout en prétendant que les Écritures sont inscrites dans le cœur de chacun et non pas au sein d’une quelconque religion qui impose une Loi rigide autant que grotesque, faite par certains hommes pour maintenir d’autres hommes dans la crainte d’un dieu tout puissant et d’un jugement dernier nous emmenant vers les flammes de l’enfer… Quelle connerie!

Éric-Emmanuel Schmitt se met, à s’y méprendre, à la place de Yéchoua (Jésus), lui empruntant son verbe, comme pour mieux nous faire comprendre l’inconcevable. Les mots n’ont plus un sens caché et l’inexplicable parabole fait soudainement place à la lumière, comme si elle devenait une évidence ! La démarche de l’auteur consisterait-elle à banaliser, ce qui est loin d’être ordinaire ?

Tout est en ce livre, véritable bible non religieuse et sans lois, enfin accessible à tous. Notre corps serait donc un temple (de33 étages, nos 33 vertèbres et les 33 ans de Jésus) se détruisant, avec l’œuvre du temps, et notre cœur (l’esprit) le tabernacle indestructible dans lequel réside une sorte d’étincelle éternelle allant rejoindre une source d’énergie universelle, après la mort de ce corps physique. Nos ennemis n’étant que nos fautes qu’il nous faut expier dans une culpabilité identique à celle de Pilate, avant de renaître dans le pardon que nous nous accordons enfin pour trouver la paix, après être descendu en soi, dans ce puits d’amour où se trouve la solution à toutes nos questions, tout comme savait le faire Yéchoua, lorsqu’il se retirait au plus profond de lui pour méditer.

«Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux» est un message prenant tout son vrai sens dans les lignes de ce livre et signifiant que la vérité christique peut devenir nôtre, à condition de le vouloir.

Écrit en 2000, ce roman nous permet de pénétrer dans une nouvelle ère, sans religion et sans haine, sans guerre et sans dieu, comme pour nous annoncer que la bonne nouvelle est en nous et nulle part ailleurs.

La paix des Hommes ne sera-t-elle qu’à ce prix-là ?

Écrit par Philippe Chauveau-Beaubaton, le 06 février 2012

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

HAÏM KORSIA, UN RABBIN HORS DU COMMUN


Rabbin Haïm KORSIA

Rencontre avec un homme d’exception, plein d’amour et d’humour, érudit, le Rabbin Haïm Korsia est un homme de paix à la belle ouverture d’esprit qui aime le dialogue et prône la tolérance.

Très charismatique, ce jeune Rabbin est peut-être l’espoir de demain, non pas parce qu’il parle arabe ou créole mais tout simplement pour renouer le dialogue entre les jeunes des différentes communautés vers lesquelles il avance la main.

Depuis Abraham Deutsch, Grand Rabbin de Strasbourg aujourd’hui décédé, il n’y avait pas eu un Rabbin autant apprécié que cet homme brillant qu’est Haïm Korsia.

Rabbin certes, mais Haïm Korsia est aussi l’Aumônier Israélite de l’Armée de l’Air Française. Il est également apprécié des Aumôniers catholiques, musulmans et protestants, ainsi que de nombreuses personnes qui n’ont rien à voir avec la religion Juive.

C’est lors de la célébration du « Bar Mitzvah » (communion juive) de son fils Simon, le 2 septembre 2007, que j’ai rencontré ce Rabbin au coeur chaleureux qui m’avait convié au buffet traditionnel qui suit cette célébration.

Haïm Korsia est un vrai « Rabbi » (un Maître ou un homme à imiter) car il montre le chemin et inspire le respect.

Il y a quelques temps, le Rabbin Korsia a rencontré l’humoriste Dieudonné et l’a invité à l’accompagner au Camp d’Auschwitz. Dieudonné accepte et à son tour invite Haïm Korsia à visiter l’île de Gorée (Sénégal) d’où partirent les esclaves Noirs vers les Amériques. La chose paraît entendue des deux côtés et on s’achemine vers deux gestes très symboliques, mais Korsia se fait rappeler à l’ordre par le Grand Rabbinat et la communauté Juive de France qui se pose en juge et n’accepte pas le principe que « Dieudo » puisse se rendre à Auschwitz.

Là encore Haïm Korsia tendait la main du pardon, vers Dieudonné, dans le but de faire baisser les tensions entre les deux communautés mais il n’a pas été suivi et c’est bien dommage, car c’est avec des hommes comme le Rabbin Korsia qu’on installera durablement la paix entre Palestiniens et Israéliens! La veut-on vraiment, cette paix… on est en droit de se le demander?!

Comme disait Haïm Korsia, lors du Bar Mitzvah de Simon, alors qu’il parlait à un responsable de la sécurité d’origine Marocaine : « Tu es le bienvenu dans cette maison qui est aussi la tienne ».

Ceux qui veulent la paix récoltent le courroux de leurs semblables, au même titre que Jésus a été jugé et condamné par les Prêtres du Sanhédrin.

Quant à la communauté juive, qu’elle soit de France ou d’ailleurs, elle ferait bien de méditer sur la sagesse de ce merveilleux Rabbin qu’est Haïm Korsia.

Je ne suis pas religieux, loin de là, mais voilà un homme que j’accompagnerais volontiers sur le chemin de la paix et de la réconciliation.

Seule la paix présente un intérêt, tout le reste importe peu et comme disait sa Sainteté le Dalaï Lama : « Ce qui sert à la paix, voilà ce que je suis venu enseigner ».

Haïm Korsia est aussi l’auteur du livre « A corps et à Toi » chez Actes Sud, collection « le souffle de l’esprit », dans lequel il parle librement de la sexualité et du Judaïsme, comme étant deux éléments indissociables pour l’équilibre du corps et de l’esprit: « Les deux font un » comme disait Jésus !

PCB le 05/09/2007

L'humoriste Dieudonné

Le Grand Rabbin Abraham DEUTSCH

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :