RSS

Archives de Tag: Philippe Beaubaton

Elles sont le Barbier de Charleville


Après le Barbier de Séville de Beaumarchais et celui de Belleville composé par Alice Dona, il existe à présent celui de Charleville dans la rue du Moulin. Ce Barber Shop est une coquette petite échoppe que l’on découvre en venant de la Place Ducale et en se dirigeant vers le Musée Rimbaud et les quais de Meuse.

La vitrine est joliment composée de produits dérivés, de blaireaux, de savons à barbe et de rasoirs mécaniques. A l’intérieur, on retrouve de confortables et moelleux sièges en cuir de coiffeur d’antan. On vous revêt la gorge d’une collerette afin d’empêcher poils et cheveux coupés d’aller vous piquer la peau des épaules et du dos. Un grand tablier recouvre votre corps, comme pour vous donner l’impression de jouer un rôle de figurant dans un western et, à ce moment précis, vous constatez que vous n’avez pas de revolver caché sous votre blouse pour dissuader éventuellement l’officiant de vous trancher jugulaire et carotide.

Ce salon est tenu par de jeunes et sympathiques femmes semblant connaître parfaitement leur affaire, lesquelles sont censées s’occuper de nos barbus et c’est ce que font, merveilleusement bien, ces reines du ciseau et des barbichettes en biseau, en harmonisant votre barbe avec vos cheveux, en apportant cette touche gracieusement artistique dans le maniement du coupe-chou, nous éloignant ainsi des images violentes et tenaces de vilains criminels barbus d’autrefois et de ceux d’aujourd’hui qui voudraient nous imposer leurs lois. La barbe reprend enfin, entre leurs mains expertes, ses vraies lettres de noblesse pour devenir bien plus qu’un phénomène de mode mais un art à part entière, celui de savoir porter barbes et moustaches. Massage du visage, serviette chaude, serviette fraîche; on prend vraiment ici grand soin du poil.

Il vous faudra cependant être patient, afin d’obtenir un rendez-vous, vu que le Barbier du Moulin ne désemplit pas de la journée, alors n’attendez pas de ressembler à Landru avant de prendre votre décision.

En conclusion, il est grandement plaisant de confier notre beauté à des femmes; leur côté délicat fait qu’elles ont tous les atouts pour bien s’occuper de nous, la féminité étant une grâce qui s’ajoute au sens de l’esthétisme, lequel nous fait parfois défaut. Ces belles dames nous rendent ainsi moins sauvages et plus présentables à leur yeux qui ne sauraient se contenter de la vision de brutes épaisses des cavernes voire d’autres ermites du fond des bois.

Écrit par Philippe Beaubaton

SITE BARBIER DU MOULIN

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , ,

« Alors je fredonne : formidable ! » par Annette


Fifi by JLM

Avec
Sa veste jetée sur l’épaule,
Son béret de moussaillon
Et
Son air désinvolte,
Il incarne
Le gendre parfait.
Son visage
Taillé
A la serpe
Est planté sur un physique d’un Dieu grec
Son look raffiné
Dissimule
Des slogans bondissants
Et
Des libellés ravageurs.
Mon chroniqueur attitré
Est
Un homme écorché,
Banni de son comté.
Ses cicatrices scellées
Errent dans ses paroles
Qui
Palpitent d’émotion.
Ca me met en joie et en peine
Tellement
Elles sont justes et lucides.
Phil
Est
Mon complice.
Un mec
Qui
Couche de beaux mots
Et
C’est précieux
Comme la danse.

Écrit par Annette Canard, le 19 août 2013
Texte dédié à mon meilleur ami Philippe Beaubaton

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :